LE PARTENAIRE 100% CHEVAL

Combien d’entre nous ont déjà entendu cette petite phrase : « Mais non il n’a pas froid, il est fait pour vivre dehors et puis ils font comment les chevaux sauvages hein ? »

Alors oui, un cheval est fait pour vivre dehors, il n’est pas fait pour vivre h24 dans une petite boite et sortir 1 à 2h/jour pour sauter des barres ou faire des appuyers dans une carrière mais, pour autant, tous les chevaux ont-ils la même résistance au froid ? Comparer nos chevaux domestiques aux chevaux sauvages est une erreur puisque nos chevaux sont, depuis des dizaines d’années, sélectionnés sur leurs capacités physiques, sportives et mentales mais pas sur leur rusticité ou leur résistance au froid. N’oublions pas que dans la nature, seuls les plus forts survivent, les plus faibles paient le lourd tribut de la sélection naturelle et il est évident que nos chevaux domestiques ne feraient pas le poids seuls dans la nature…Imaginez un Pur-sang anglais relâché dans la nature, imaginez-le sortir de son box, sans sa couverture molletonnée, sans son grain, sans son foin et sans l’intervention de l’homme dans sa vie quotidienne…il y a fort à parier que son organisme ne sera pas du tout adapté à ces conditions de vie rudes bien que complètement naturelles. Sous des climats tempérés, la zone de neutralité thermique du cheval se situe entre +5°C à +25°C, sur cette plage l’organisme du cheval n’a pas de dépense d’énergie supplémentaire à fournir pour maintenir sa température interne. Mais chaque cheval est différent et peut se montrer plus ou moins frileux, c’est pourquoi il est important de savoir reconnaître les signes de froid chez le cheval et adopter les bons gestes.

Comment aider le cheval lorsqu’il fait froid ?

Le cheval supporte bien les températures basses voire négatives surtout quand le temps est sec. Cependant la pluie et le froid fontun mauvais duo pour lui. Il va de soi qu’un cheval habitué à vivre dehors toute l’année est bien plus résistant qu’un cheval qui n’y passe que quelques heures par jour.

Pour pouvoir se réchauffer, le cheval a besoin de manger du foin. L’hiver, l’herbe est rare et insuffisamment nourrissante pour subvenir seule aux besoins du cheval. La digestion du foin par des bactéries du colon produit de la chaleur et l’aide a se réchauffer quand il fait froid. Le cheval doit pouvoir se mettre à l’abri des vents dominants et de la pluie, à noter quedes observations de chevaux féraux ou de Przewalski * ont montré qu’ils cherchaient des aires sèches en cas de froid humide, particulièrement en cas de fortes précipitations et de vents. De même, lorsque les chevaux domestiques ont des abris à disposition, ils les utilisent plus dans ces conditions climatiques difficiles. Les chevaux maintenus dans un abri peuvent conserver jusqu’à 20 % de plus de chaleur corporelle, d’autant plus s’ils peuvent se coucher. L’abri peut être naturel (haies, arbres…) ou artificiel, le plus important est que le cheval puisse s’y réfugier quand il en a envie et besoin.

Dans le cas où le cheval n’a pas d’abris pour se protéger, il est judicieux de le couvrir l’hiver avec une couverture imperméable que l’on adaptera au fil de la mauvaise saison en fonction des températures extérieures. Attention, un cheval que l’on commence à couvrir en fin d’automne ou en début d’hiver doit rester couvert jusqu’à la fin des températures basses car il n’aura pas fait la même quantité ni qualité de poil en étant non couvert. Il est important d’avoir plusieurs jeux de couvertures imperméables avec des grammages différents et d’apporter une surveillance quotidienne pour vérifier les blessures dues aux irritations de la couverture par exemple.

Les signes de froid chez le cheval :

Un cheval qui a froid se tient « sous lui », sa queue est basse et plaquée entre les postérieurs, le rein est voussé, ses abdominaux sont relevés et contractés mais surtout il tremble !

En effet, lorsqu’il a froid le cheval tremble pour se réchauffer, ces mouvements musculaires produisent de la chaleur. Ce phénomène ne doit pas durer trop longtemps au risque de déclencher une myosite, c’est-à-dire une destruction des fibres musculaires.

Lorsque vous retrouvez votre cheval grelotant à cause d’une météo froide et pluvieuse, la première chose à faire est de le mettre au sec et de le sécher avec des serviettes éponges, des couvertures séchantes et de frotter vigoureusement son corps à l’aide de paille pour l’aider à se réchauffer. Une fois bien sec et réchauffé, vous pouvez couvrir votre cheval avec une couverture imperméable pour lui éviter une récidive. Votre cheval est probablement frileux et une couverture imperméable durant les épisodes froids et très pluvieux lui sera nécessaire. N’oubliez pas d’augmenter ses rations de foin et de compléments pour aider son organisme à mieux combattre le froid. Lorsqu’il est donné seul et à volonté, la consommation de foin est d’environ 2 à 2,8 kg brut de foin pour 100 kilos de poids vif soit entre 10 et 14 kg pour un cheval de 500 à 600 kg à l’entretien. Bien sûr, dès qu’on donne un complément en concentré, la consommation de foin diminue mais le cheval est toujours capable de manger plus qu’il ne faudrait pour couvrir ses besoins, et ce, d’autant plus que le foin est de bonne qualité.

Il est évident que nous devons redoubler de vigilance vis-à-vis des chevaux âgés ou bien en manque d’état, malades ou très jeunes et multiplier les efforts pour les maintenir à une température confortable leur permettant de dépenser le moins possible d’énergie.

L’observation de notre cheval reste la meilleure façon de juger de sa résistance au froid, n’oublions pas que chaque individu y développe sa propre résistance et qu’elle peut varier en fonction de l’âge de l’animal et de ses pathologies. Le laisser grelotter tout l’hiver ou bien être en surchauffe sous une couverture s’apparente à de la maltraitance. Être à son écoute et s’adapter à ses sensations est le rôle de tous les propriétaires. N’oublions pas qu’il n’y a pas de règles et que si Pompon ne grelotte pas quand il fait froid cela ne signifie pas que Caramel lui ne craint pas le froid !

*Przewalski : https://fr.wikipedia.org/wiki/Cheval_de_Przewalski

*Féraux : http://www.haras-nationaux.fr/information/accueil-equipaedia/sellerie-marechalerie/marechalerie/le-pied-du-cheval-feral-australien.html


Ne manquez plus une actualité !

Abonnez-vous dès maintenant à la newsletter mensuelle Cheval Partenaire...