18 juin 2019 / Santé

Le syndrome de Wobbler chez le cheval

Dossier
Le test neurologique chez le cheval avec le croisement des membres

Le « syndrome de Wobbler », également appelé myélopathie sténotique vertébrale, est un trouble relativement courant chez les chevaux, et notamment ceux à sang chaud. Les chevaux atteints du syndrome de Wobbler, communément appelés «Wobblers», ont une coordination réduite (ataxie) des membres postérieurs, ce qui donne l’impression qu’ils titubent. Bien que le signe clinique le plus courant soit qu’ils vacillent, une foule d’autres symptômes sont perceptibles en raison de leur coordination perturbée. Les chevaux présentant un léger degré d’ataxie ont des symptômes assez vagues qui ne sont généralement pas immédiatement reconnus par leurs propriétaires.

Dans cet article, nous détaillerons les différents degrés et symptômes de l’ataxie, le diagnostic et le traitement des chevaux atteints du syndrome de Wobbler.

Comment reconnaître un cheval atteint d’ataxie?

L’ataxie est un problème neurologique où le cheval a une coordination et une proprioception réduites. Le problème est souvent localisé au niveau de l’arrière-main, mais il peut certainement inclure l’avant-main. La gravité de l’ataxie varie en fonction de la cause et est classée selon des degrés différents. Les degrés vont de 0 à 5, là où le degré 0 correspond à un cheval neurologiquement normal et le degré 5 (la forme la plus grave) à un cheval qui ne peut plus se tenir debout et qui est paralysé.

Les chevaux suspectés d’ataxie sont d’abord soumis à un examen neurologique approfondi. Cette inspection confirmera ou non les soupçons d’ataxie et déterminera sa gravité (de 0 à 5). Les tests neurologiques sont plutôt faciles à réaliser, mais nécessitent l’expérience nécessaire pour une interprétation correcte.

Certains troubles neurologiques typiques des « wobblers » sont :

  • Proprioception retardée lors du croisement des membres. Si vous mettez les membres (antérieurs) du cheval en position croisée, le cheval doit immédiatement les remettre dans leur position normale.
Le test neurologique du cheval
Le test neurologique chez un cheval “Wobbler”. Si vous croisez ses jambes, le cheval doit les ramener spontanément dans leur position normale.
  • Les « wobblers » laissent leurs jambes croisées trop longtemps et ont un réflexe retardé pour les remettre en position normale.
  • Problèmes de coordination lorsque vous faites un petit cercle ou que vous entrez dans un petit huit de chiffre. Les « wobblers » ne vont pas poser leurs membres à la juste place. Ils vont parfois se marcher sur les pieds à l’avant et tituber les jambes écartées à l’arrière.
  • Reculer est difficile, ils ne soulèvent généralement pas assez les antérieurs et font traîner leurs jambes.
  • Accentuation des symptômes en marchant sur une pente. En raison de leur faiblesse dans l’arrière-train, il est difficile de monter et de descendre une pente. Ce test simple clarifie les symptômes
  • Les « wobblers » ont aussi régulièrement le tonus de la queue réduit
  • Arrière-main molle : un simple test consiste à faire marcher une personne en ligne droite avec le cheval, tout en tirant la queue brusquement sur le côté. Les chevaux atteints d’ataxie perdront leur équilibre à ce moment-là et seront nettement moins stables que les chevaux normaux.
  • Diminution de la mobilité du cou. Une flexion manuelle du cou est généralement difficile, le cou est raide, voire douloureux.

Comme mentionné précédemment, la forme d’ataxie la plus typique peut être observée au niveau de l’arrière-main. Mais les chevaux souffrant de problèmes au cou peuvent également présenter des symptômes beaucoup plus subtils à l’avant-main.

Par exemple, les chevaux peuvent être raides à l’avant ou même boiteux de l’un ou des deux antérieurs en raison d’une lésion au cou.

Le vétérinaire ne détectera aucune anomalie dans les jambes de ces chevaux lors de l’examen orthopédique. Tout semble bon d’un point de vue orthopédique, mais le cheval est boiteux. Cette boiterie peut être très légère et intermittente. Cela signifie que le cheval s’est blessé un jour ou l’autre.

Les chevaux présentant de tels symptômes doivent donc toujours subir un examen approfondi de l’encolure.

Les chevaux atteints d’ataxie ne peuvent pas coordonner parfaitement leurs mouvements et avec des chevaux d’obstacle présentant une légère forme d’ataxie, nous voyons régulièrement qu’ils sautent excessivement haut pour être sûrs de franchir l’obstacle. Ils galopent également “désunis” et dans le cas d’une ataxie sévère, le cheval galope comme un lapin. Si vous voyez de tels chevaux courir au pré, vous remarquerez également que leurs arrière-mains faibles leur rendent souvent difficile d’effectuer un arrêt rapide et efficace. Par conséquence, ils tombent et trébuchent plus rapidement, ce qui signifie que les chevaux présentant une ataxie évidente ne peuvent plus être montés pour des raisons de sécurité.

Dans de nombreux cas, les cavaliers expérimentés remarqueront des anomalies techniques de monte qui ne sont pas toujours visibles par les vétérinaires. En tant que vétérinaire, il est donc important d’écouter attentivement les anomalies ressenties par le cavalier.

Que faire après le diagnostic d’ataxie?

Si l’examen neurologique confirme l’ataxie de votre cheval (grade 1 à 5), vous devez effectuer des recherches supplémentaires pour déterminer la cause correcte de cette ataxie. La myélopathie sténotique vertébrale cervicale ou le « vrai » syndrome de Wobbler est la maladie la plus évidente. Cependant, de nombreuses autres affections doivent être examinées telles que : anomalies congénitales de la vertèbre cervicale (malformation vertébrale), anomalies traumatiques (par exemple, vertèbres cervicales et traumatismes de la moelle épinière), tumeurs, processus infectieux tels que virus (y compris le virus de la rhinopneumonie), bactéries (abcès, discospondylite, ostéomyélite), parasites (MPE) et certaines toxines.

La destruction osseuse grave chez le cheval
Image d’une destruction osseuse grave chez le cheval

 

l'ataxie chez le cheval
Ce poulain était atteint d’ataxie et présentait de fièvre due à une ostéomyélite au niveau de C6-C7. Sur l’image tomodensitométrique A, vous voyez l’encolure de côté avec une destruction osseuse grave à la suite d’une infection (flèches blanches) avec un défaut noir. L’image B montre une vue du dessus de la destruction osseuse entre les vertèbres (flèches blanches).

 

L'opération avec plaque et vis chez le cheval
L’os infecté et le disque intervertébral ont été retirés par voie chirurgicale et l’articulation vertébrale a été fixée à l’aide d’une plaque et de vis.

 

Luxation incomplète d’une articulation chez le cheval
Subluxation (*) sévère C3-C4. La tête articulaire (épiphyse) de la 4ème vertèbre cervicale (C4) est partiellement sortie de la cupule articulaire de la 3ème vertèbre cervicale et pousse vers le haut, dans la moelle épinière.
(*) Luxation incomplète d’une articulation

Dans cet article, cependant, nous nous intéresserons principalement à la myélopathie sténotique cervicale et vertébrale.

La myélopathie sténotique vertébrale cervicale signifie que ces chevaux ont un rétrécissement quelque part dans le trajet de la moelle épinière au niveau du cou, qui exerce une pression sur la moelle épinière. Cette pression, également appelée compression, crée des lésions et une inflammation de la moelle épinière, provoquant un dysfonctionnement des faisceaux nerveux, entraînant des symptômes neurologiques et une ataxie. Les symptômes neurologiques varient en fonction de la gravité et du lieu de la compression. Dans le cas d’une compression dynamique, la pression sur la moelle épinière ne se produit que si le cou est maintenu dans une certaine position (flexion et/ou extension). Par exemple, certains chevaux ne montrent des symptômes de pression sur la moelle épinière que lorsqu’ils sont montés. Certains de ces chevaux ne se retrouvent généralement paralysés que lorsque le cou est plié. Dès que le cavalier relâche à nouveau les rênes, la boiterie disparaît immédiatement.

Les chevaux à compression statique, par contre, subissent une pression permanente (compression) sur la moelle épinière, quelle que soit la position de l’encolure. Ces compressions statiques causent plus de dommages à la moelle épinière et doivent être résolues le plus rapidement possible afin de ne pas créer des dommages permanents.

La radiographie du cou chez le cheval
Radiographie du cou avec compression statique aussi bien en relation avec C5-C6 et C6-C7. Notez le rétrécissement de la colonne de contraste (flèche blanche) en haut de la moelle épinière, à ces 2 endroits.

Imagerie avancée requise !

La prochaine étape du processus de diagnostic de la pathologie cervicale consiste à prendre des radiographies de la tête et du cou intégral (occipital jusqu’à T1 inclus). Cet examen radiographique des 7 vertèbres cervicales (C1 à C7) et de la première vertèbre thoracique (T1) peut révéler de graves anomalies telles qu’un rétrécissement du canal rachidien, subluxations, arthrose grave et fractures. Dans certains cas, nous avons déjà une forte suspicion de la cause.

Après cela, une myélographie est toujours indiquée. Il s’agit d’un examen lors duquel un fluide de contraste est injecté dans l’espace épidural, sous anesthésie générale. Le contraste garantit la détection des constrictions sur le parcours de la moelle épinière. Au niveau du rétrécissement, le contraste est insuffisamment présent et, par conséquent, nous savons qu’il existe une compression très spécifique de la moelle épinière à cette localisation.

Après l’injection de contraste dans la moelle épinière, nous effectuerons un scanner complet de l’encolure pour obtenir une vision tridimensionnelle de la colonne vertébrale. Cela nous permet de déterminer non seulement la pression « dorso-ventrale » (de haut en bas) sur la moelle épinière, mais également tout changement dans le plan axial (gauche à droite). 

Luxation incomplète d’une articulation chez le cheval
Subluxation (*) sévère C3-C4. La tête articulaire (épiphyse) de la 4ème vertèbre cervicale (C4) est partiellement sortie de la cupule articulaire de la 3ème vertèbre cervicale et pousse vers le haut, dans la moelle épinière.
(*) Luxation incomplète d’une articulation

Après le tomodensitomètre, on réalise des « radiographies de contrainte » dans lesquelles on évalue le cou en flexion et en extension, dans le but de détecter également les compressions « dynamiques ».

Sur la base de ces images (radiographies et scanner), il est possible de déterminer avec précision le lieu de compression de la moelle cervicale.

Comment se produit la pression sur la moelle épinière?

Différentes anomalies peuvent entraîner une pression sur la moelle cervicale à un ou plusieurs endroits. Les causes les plus courantes sont :

  • Subluxation : les vertèbres successives ne sont pas alignées comme elles le devraient. Les vertèbres sont, pour ainsi dire, partiellement disloquées. Une vertèbre est donc plus haute ou plus basse que l’autre.
    Luxation incomplète d’une articulation chez le cheval
    Subluxation (*) sévère C3-C4. La tête articulaire (épiphyse) de la 4ème vertèbre cervicale (C4) est partiellement sortie de la cupule articulaire de la 3ème vertèbre cervicale et pousse vers le haut, dans la moelle épinière.
    (*) Luxation incomplète d’une articulation

     

  • Arthrose des “facettes articulaires » ou de l’articulation principale :

La radiographie du cou avec arthrose sévère chez le cheval
Radiographie du cou avec arthrose sévère de C7-T1. Le disque intervertébral a presque complètement disparu, entraînant un effondrement complet de l’articulation (flèches blanches).

 

Les vertèbres du cheval fusionnées à l’aide d’une prothèse.
Le cheval de la photo 7 était ataxique et se retrouvait régulièrement coincé le nez cloué au sol en raison d’un blocage du cou. Les vertèbres C7-T1 ont ensuite été fusionnées à l’aide d’une prothèse.
  • Les facettes articulaires sont de petites articulations entre les vertèbres. Si l’arthrose survient dans ces articulations, celles-ci vont augmenter en taille (hypertrophie des facettes), entraînant éventuellement un rétrécissement du canal rachidien. Cette arthrose peut survenir spontanément au cours du processus de vieillissement naturel, mais également en raison de la présence de fragments d’OCD. Nous constatons également une arthrose post-traumatique à la hauteur des articulations du cou. Par exemple, si un yearling est tombé et a fait une roulade au pré, nous voyons l’apparition précoce d’une arthrose facettaire chez le jeune cheval adulte, avec ou sans fragment d’avulsion observable par radiographie.

    Un fragment d'OCD dans l’encolure du cheval
    Reconstruction 3D (image CT) d’un fragment d’OCD dans l’encolure au niveau de la facette articulaire C5-C6. Cet OCD a été retiré lors d’une opération diagnostique (arthroscopie).
  • Pathologie du disque intervertébral : comme chez l’homme, des disques intervertébraux sont présents entre les vertèbres successives. Ceux-ci peuvent être endommagés, dégénérés et renflés dans le canal rachidien (hernie discale) créant une ataxie.
La radiographie du cou avec arthrose sévère chez le cheval
Radiographie du cou avec arthrose sévère de C7-T1. Le disque intervertébral a presque complètement disparu, entraînant un effondrement complet de l’articulation (flèches blanches).
  • Forme déviante du corps vertébral avec saillie osseuse dans le canal vertébral
  • Blessures aux ligaments qui relient les vertèbres cervicales, entraînant une instabilité des vertèbres cervicales

Bien entendu, diverses anomalies congénitales, processus traumatiques (fracture, par exemple) mais également infectieux (discospondylite, par exemple) peuvent également exercer une pression sur la moelle épinière.

Traitement

Le traitement chirurgical des chevaux atteints du syndrome de Wobbler est le principal sujet de notre chirurgien-chef, Dr Tom Mariën, depuis des années. Il mène cette opération depuis 1996 en étroite collaboration avec le Dr Barrie Grant, basé aux États-Unis. Les chevaux viennent de toute l’Europe chez Equitom pour subir cette procédure spécialisée et plusieurs centaines de chevaux ont été aidés avec succès grâce à cette technique chirurgicale. Le principe de la procédure chirurgicale est de soulager la pression sur la moelle épinière et de stabiliser les vertèbres dans leur position physiologique normale.

Les prothèses Seattle Slow pour le cheval
Le cheval de la photo 4 atteint d’une double compression C5-C6 et C6-C7 a été aidé par la stabilisation à l’aide de deux prothèses « Seattle Slew ».

La stabilisation est obtenue en plaçant une prothèse dans laquelle deux vertèbres cervicales contiguës sont fusionnées. De cette manière, une consolidation osseuse ou une arthrodèse de la vertèbre en question est obtenue et la pression sur la moelle épinière diminue. Même avec une arthrose sévère des facettes, nous voyons que la taille de l’articulation hypertrophiée diminuera une fois les vertèbres fixées.

L’arthrodèse est réalisée à l’aide d’un implant en titane, connu dans le monde entier sous le nom de « Seattle Slew Basket ». Aux Etats-Unis, un cheval de course de renommée mondiale appelé « Seattle Slew » a été victime d’une grave ataxie. Dr. Grant l’a opéré à l’aide de cette nouvelle prothèse et le cheval pu recouvrer une carrière de course de haut niveau par après.

Les vertèbres du cheval fusionnées à l’aide d’une prothèse.
Le cheval de la photo 7 était ataxique et se retrouvait régulièrement coincé le nez cloué au sol en raison d’un blocage du cou. Les vertèbres C7-T1 ont ensuite été fusionnées à l’aide d’une prothèse.
Les prothèses Seattle Slow pour le cheval
Le cheval de la photo 4 atteint d’une double compression C5-C6 et C6-C7 a été aidé par la stabilisation à l’aide de deux prothèses « Seattle Slew ».
Prothèse pour la fixation de 2 vertèbres cervicales chez le cheval
Prothèse traitée pour la fixation de 2 vertèbres cervicales, mieux connue sous le nom de « Seattle Slew Basket ».

L’opération est réalisée sous anesthésie générale, sur le cheval en position couchée.

L'incision de l'encolure du cheval
Incision de 15 centimètres au niveau de l’encolure.
L'incision du cheval après fermeture.
L’incision du cheval après fermeture.

Une incision assez petite, d’environ 15 centimètres, est réalisée sur la face ventrale de l’encolure, à hauteur de l’articulation anormale.

La trachée et les muscles sont mis de côté et le dessous de la vertèbre cervicale est disséqué.

La dissection des muscles du cou du cheval
La dissection des muscles du cou du cheval

La prothèse en titane est ensuite placée sous contrôle radiographique de sorte que la prothèse fixe les deux vertèbres de manière parfaite.

La prothèse sur les vertèbres du cheval
La prothèse est vissée et stabilise les deux vertèbres.

S’il y a plusieurs endroits de compression, plusieurs vertèbres peuvent être fusionnées par cette technique. L’opération est depuis devenue une opération de routine chez Equitom, et celle-ci dure environ une heure et demie.

L'incision du cheval après fermeture.
L’incision du cheval après fermeture.

Dans les cas légers d’ataxie, où il n’y a qu’une pression légère sur la moelle épinière, une première tentative peut être réalisée pour soulager la pression et donc les symptômes à l’aide d’infiltrations intra-articulaires de la facette touchée. Cependant, ce traitement ne donne généralement et temporairement que peu, ou pas, de résultats et constitue donc rarement une solution à long terme.

Dans les cas les plus graves, les chances d’amélioration avec ce traitement sont exclues et la seule option efficace est la chirurgie.

Qu’en est-il du pronostic après l’opération ?

Plus les chevaux sont jeunes, plus leur capacité de régénération est rapide et élevée. Certains chevaux sont amenés avec une parésie sévère ou même une paralysie (4e et 5e grade). Si cela concerne des poulains ou des yearlings et que des mesures sont prises très rapidement, même des cas aussi graves peuvent guérir complètement.

Cette procédure peut être comparée à celle du traitement de l’hernie chez l’homme. Une action rapide, avant de subir des dommages permanents à la moelle épinière, est la règle d’or.

Plus l’opération est retardée, plus le risque de dommages permanents à la moelle épinière est important. Si la pression peut être soulagée par une intervention chirurgicale dans les 6 semaines suivant l’apparition des premiers symptômes de l’ataxie, le pronostic est très favorable.

En outre, le pronostic d’une compression dynamique est meilleur que celui d’une compression statique. Si vous avez une seule compression (par exemple, en C3-C4), le pronostic est évidemment meilleur qu’avec une double lésion (par exemple, une compression en C3-C4 mais aussi en C6-C7).

Il est également évident que si votre cheval présente des symptômes graves d’ataxie, le degré de compression est plus important et par conséquent, il y a plus d’inflammation et plus de lésions sur la moelle épinière. De tels chevaux doivent être considérés comme une urgence !

Et après l’opération ?

Les premiers changements cliniques peuvent déjà être attendus dans les 30 jours suivant la chirurgie. Cependant, le cheval s’améliore progressivement pendant plus d’un an et demi après l’opération, en raison de la régénération lente des tissus nerveux.

Cette amélioration progressive et la progression des symptômes cliniques peuvent laisser envisager une guérison complète à long terme. De nombreux chevaux opérés dans le passé sont maintenant complètement rétablis et sont actuellement utilisés comme chevaux d’équitation dans diverses disciplines sportives (saut d’obstacles, dressage, western, trot, galop, endurance, etc.).

Bien que cette opération ne soit pas encore connue de la plupart des amateurs de chevaux et même de certains vétérinaires, c’est la solution pour beaucoup de “Wobblers”.

Une enquête approfondie et une bonne communication préalable avec le propriétaire sont absolument nécessaires.

Conseils pratiques si votre cheval est un “Wobbler” :

Faites examiner votre cheval par un vétérinaire équin dès que possible. Agir rapidement est la clé de la réussite.

En attendant, laissez votre cheval dans l’écurie, car les chevaux ataxiques tombent rapidement, ce qui peut entraîner une aggravation catastrophique de la blessure à l’encolure, pouvant entraîner une paralysie complète.

Après l’examen par votre vétérinaire, le cheval doit d’abord être stabilisé en administrant de fortes doses d’anti-inflammatoires avant de le transporter dans une clinique spécialisée pour chevaux. Ce médicament diminuera temporairement l’ataxie afin que le cheval puisse être transporté en toute sécurité.

Si votre cheval a de la fièvre en plus de l’ataxie, il doit être immédiatement mis en isolement jusqu’à ce qu’il soit prouvé qu’il n’est pas atteint de rhinopneumonie.

Dr. Grant a développé un site web avec de nombreuses informations intéressantes sur le syndrome de Wobbler: www.equinewobblers.com

 

Dr. Tom Mariën et Dr. Mathieu Foucaud pour la clinique équine Equitom

logo equitom

 

Crédits photos @Equitom