Recherche
MÉDIA PRESSE ET DIGITAL DU MONDE ÉQUESTRE

duc van

Duc d’Elphen (Laure Chanel), poulain de deux ans au moment de son apprentissage à l’embarquement et au voyage en van.

Nous devons ou devrons tous un jour ou l’autre, transporter notre compagnon pour une urgence vétérinaire,

un déménagement, un concours etc…

Cela ne s’improvise pas et demande certaines précautions pour la sécurité et le confort du cheval.

L’apprentissage:

Au préalable, il faut s’assurer que le cheval embarque correctement, il ne s’agit pas de devoir le transporter mais surtout l’embarquer dans l’urgence si celui ci ne connait ni le van ni le camion. Le but est d’habituer progressivement le cheval à monter dans cette petite boite étroite et sombre en lui évitant le moins de stress possible. Il faut savoir se montrer patient, laisser le cheval sentir le pont, puis reculer, s’arrêter et savoir lui demander d’avancer dans le calme et la douceur. On peut aussi lui donner à manger à l’intérieur, du foin ou des carottes, afin que le cheval associe le van à quelque chose d’agréable. Le but de cet apprentissage est de rendre le cheval coopératif et serein à l’embarquement.

Une fois que le cheval est habitué à embarquer et que cela ne lui cause pas de souci, il va falloir l’habituer aux sensations de la remorque en mouvement. Une petite distance au début pour qu’il se familiarise avec ces nouvelles sensations (freinage, virage, arrêt, les bruits de la circulation, etc…), puis au fur et à mesure il faudra augmenter le temps de transport.

Sécurité:

Une fois ces étapes passées avec succès, n’oubliez pas de vérifier régulièrement l’état de votre van : frein, pneus, éclairage, état du plancher, pont, aération, il en va de la sécurité du cheval mais aussi de la vôtre et de celle des autres usagers de la route.

Protection du cheval:

Durant un transport, qu’il soit de courte durée ou bien plus long, les membres du cheval doivent être protégés. La première raison est d’éviter une blessure suite à un mouvement non contrôlé du cheval et la seconde concerne les trajets un peu longs qui peuvent fatiguer les tendons des chevaux par la station debout et l’immobilité.

Plusieurs types de protections existent:

protege nuque

Protège nuque

 

 

 

 

 

Attacher son cheval:

Le cheval devra être attaché durant le trajet. La longe devra être relativement courte pour que le cheval ne puisse cabrer ou se cogner la tête au plafond mais le cheval ne doit pas être bloqué car il risquerait de paniquer. Pour résumer, le cheval doit pouvoir lever un peu la tête pour regarder par le hublot et tourner un peu la tête sur les côtés.

Nourrir le cheval:

Pour que le voyage soit agréable pour le cheval, il est bien d’installer un filet à foin rempli, cela l’occupera surtout si le voyage est long. Il est fortement déconseillé de donner  des granulés avant un transport, il faut respecter deux heures entre la prise de granulés et le transport au risque de déclencher une colique chez le cheval. Pour les longs voyages, il faudra faire des pauses régulières (toutes les deux heures) pour abreuver le cheval et vérifier que tout se passe bien dans le van. Profitez en pour régler les volets d’aération pour une bonne ventilation à l’intérieur du van car la température peut vite monter à l’intérieur.  Ne jamais sortir le cheval du van lors de la pause, si il s’échappe cela peut causer un accident dramatique, imaginez votre cheval en liberté sur une aire d’autoroute!

Adapter sa conduite:

N’oubliez pas que vous transportez un gros animal à quatre pattes! La vitesse doit être réduite et la conduite souple. Votre cheval ressent énormément les à-coups qui le déstabilisent et augmentent son stress et peuvent le faire paniquer.

Prenez votre temps, votre cheval se souviendra que le précédent voyage s’est bien passé et il acceptera sans contrainte un nouveau voyage!

L’équipe Cheval-partenaire