23 mars 2019 /

POURQUOI LUI, POURQUOI MOI ?

Publi-rédaction

            « Quand je l’ai vu, j’ai senti que ce serait le cheval de ma vie. Tout ce que je ne voulais pas… Une jument, pur-sang réformée des courses. Moi qui rêvais d’un frison bien dans sa tête, froid aux jambes, bien pépère… » (dialogue avec une cavalière).

Que d’histoires sont ainsi nées, point de départ d’une relation souvent remplie de surprises. Hasard d’un calendrier imaginé par l’Homme ou immuable destinée ?

Lever le voile sur le mystère du lien pour découvrir, parfois, que ce fier destrier qui se tient là, près de nous, s’avère être notre plus intime thérapeute, l’œil qui nous rendra la vue sur notre propre rôle, notre propre voie. Pourquoi lui ? Je serais tentée de répondre parce que c’était lui, parce que c’était moi…Certes, mais plus précisément ?

La complexité de la relation Homme-cheval réside dans la possible alchimie menant à une éventuelle fusion physique de 2 âmes. Y parvenir demeure une consécration…le lien, inébranlable un jour, demeure fragile et peut malheureusement, si l’on n’y prend garde, pencher du côté obscur, celui d’une forme d’incompréhension qui pourrait aller, sans le savoir, jusqu’à un certain malaise, voire désespoir, d’un côté comme de l’autre.

Entrer en communication avec son partenaire équin par la gestuelle d’une part, mêlée à une observation réciproque, en libérant une problématique d’autre part, lui donnant enfin la possibilité de nous informer sur nos propres maux, nos propres faiblesses.

« Un corps est comme une peinture ; il raconte une vie, une existence au cours de laquelle il a vécu, une vie aux palettes infinies de couleurs chaudes, sombres, froides ou chatoyantes…Les rides des chevaux sont les mémoires de leur corps, les marques du temps ». *

*Extrait du livre ALOGOS, par Sandra Glories.

« On me donne des ordres contradictoires entre les aides des mains et ce que j’entends, dans ma tête, de l’esprit de ma cavalière ».-Paroles d’un cheval.

Monter à cheval est l’un des exercices les plus difficiles qui soient…Notre corps entier est sollicité, c’est un moment où le conscient ouvre une porte vers l’inconscient, donc vers ce qui nous constitue intrinsèquement; vouloir tout contrôler demeure pure chimère. Oublier de vivre l’instant revient à se déconnecter de son couple centaure, entraînant des conséquences parfois fâcheuses, voire délicates.

Demander au préalable l’autorisation d’enfourcher…Tacite, en bonne entente, pour le bien-être des 2 partenaires… Le début du respect et de la reconnaissance mutuelle…

Apprendre à recevoir… Inverser le cours des choses pour revenir à l’essentiel, le ressenti…

Sandra Glories, médium animalier.

www.alogos.fr