14 avril 2019 / Alimentation et compléments

L’alimentation du poulain de 0 à 6 mois

Publi-rédaction
alimentation-poulain

L’alimentation du poulain est une étape importante qui va conditionner sa bonne santé. Trop de gens ignorent que l’alimentation du poulain doit être prise au sérieux, ses besoins sont grands et doivent être respectés tout en gardant un équilibre pour ne pas tomber dans la suralimentation aux conséquences toutes aussi néfastes (=> retrouvez les gammes alimentation spéciales poulain en bas de l’article).

Le Colostrum

A sa naissance, le poulain est dépourvu d’anticorps, c’est le premier lait de sa mère, le colostrum, qui lui apporte un grand nombre anticorps pour sa protection contre les éventuelles infections. La prise du Colostrum est indispensable pour le poulain durant les premières 24h qui suivent sa naissance.

Jusqu’à ses 6 mois

Le poulain grandit très vite, dès sa naissance il peut prendre jusqu’à 3kg/jour et son poids double le premier mois de sa vie jusqu’à atteindre 3 fois son poids de naissance à 3 mois. En moyenne un poulain shetland pèse à la naissance 18kg, un poulain de selle 50kg et un poulain de trait 75kg, à 6 mois lors du sevrage le poulain a multiplié par 5 son poids de naissance et pèse environ 40 à 50% de son poids adulte.

L’allaitement

La période de l’allaitement du poulain est primordiale pour sa croissance. Généralement, ses besoins alimentaires sont couverts par la jument pendant les  premiers mois. A 3 mois le poulain commence déjà à pâturer. Il est très important de surveiller l’alimentation de la jument pour que le poulain grandisse de manière harmonieuse. S’il est né au printemps et que le couple mère/poulain disposent de bons pâturages, la complémentation sera plus aisée. Cependant, en fonction de la qualité de la prairie et donc de la lactation de la jument, il pourra être nécessaire de donner un complément au poulain dès son plus jeune âge, à environ 3 mois. Le poulain va très rapidement imiter sa mère en grappillant un peu d’herbe ou en prenant des compléments tombés de la mangeoire de sa mère. L’alimentation lactée est complétée, dans la nature, par une alimentation herbivore. L’utilisation de concentrés de manière systématique et en trop grosses quantités prédispose aux problèmes digestifs. Le passage du régime lacté vers les concentrés doit se faire très progressivement afin d’habituer le poulain et protéger ainsi sa flore intestinale. Il est conseillé de choisir des compléments adaptés pour les poulains, de qualité, appétents et digestes.

Quels sont les vitamines et minéraux essentiels pour le développement et la croissance du poulain ?

Les protéines : elles contribuent à la croissance du poulain et à sa masse musculaire dont la Lysine qui est un acide aminé indispensable.

Le cuivre : c’est un antianémique, il intervient également dans le système musculaire et osseux. Il participe à l’élaboration des poils et de phanères (poil, crin, corne). Il a un rôle non négligeable dans la prévention de l’ostéochondrose (*) et des troubles squelettiques.

Le fer : il permet le transport de l’oxygène dans le corps via les globules rouges. Une éventuelle carence en fer peut anémier le poulain mais cette carence est extrêmement rare. La plupart du temps les rations des chevaux sont largement excédentaires en fer.

Le zinc : il est nécessaire à l’ossification, au système immunitaire. Le poulain (comme le cheval) a des os longs et fins et il peut être exposé dans sa vie à du travail sur des sols durs pouvant abimer son squelette. Toute carence en zinc peut déséquilibrer le développement du squelette du poulain.Le sélénium : c’est un antioxydant qui contribue à l’ossification et qui a pour rôle de protéger les cellules des phénomènes de dégénérescence, il intervient aussi dans l’ossification.

La vitamine A : elle est nécessaire pour lesquelette et le tissu musculaire du poulain. Néanmoins, il ne faut pas surdoser cette vitamine qui peut être néfaste en trop grande quantité.

La vitamine D : elle permet une bonne ossification et la fixation du calcium nécessaire à la minéralisation osseuse.

La vitamine E : elle participe à la croissance, elle est nécessaire au métabolisme des glucides et des lipides, au bon fonctionnement du système nerveux, à la cicatrisation des plaies et à la pousse des crins. Elle a également un rôle antianémique.

Quelques conseils au moment du sevrage

Le sevrage peut avoir lieu entre 6 et 12 mois (voire plus). Il est conseillé de rester sur le même concentré déjà utilisé sous la mère. En fonction de la future activité sportive du poulain (cheval de sport, de compétition, de courses, etc.), le choix des compléments sera différent mais la base des vitamines et des minéraux restera la même.

Le sevrage du poulain doit être pensé dès sa naissance afin de permettre à l’intestin de s’adapter à l’alimentation solide et ne pas engendrer de complications au niveau de sa santé. Il est essentiel de choisir une alimentation de qualité sans oublier que la période du sevrage engendre aussi beaucoup de stress chez le poulain.

L’alimentation du poulain ne s’improvise pas et ce quelle que soit sa future discipline, ses origines ou sa valeur. Pour éviter de faire des erreurs, utilisez un fourrage de qualité. L’aliment spécial poulain est là pour vous aider à obtenir une croissance sans problèmes futurs.

L’équipe Cheval partenaire en partenariat avec  et de S.EV.E, Sabrina Peyrille, Ingénieur nutrition équine et de Thierry Crété, Equiform Bertrand – Spécialiste de l’alimentation pour chevaux en Gironde.

La gamme poulain chez Equiform Bertrand

Twenty élevage

twenty-elevage

Cavalor

juniorix-alimentation-poulain

Dynavena 

dynavena-alimentation-poulain.dynavena2-alimentation-poulain.

dynavena-elevage

dynavena-foaly

Gain stud cubes

stud-cubes-alimentation-poulain

Destrier

poulifoal-alimentation-poulain.

Soal racingsoalracing-alimentation-poulain

Krafft Groov 125krafft-groov-poulain

Thierry Crété Equiform Bertrand reste à votre disposition pour vous renseigner sur le choix du complément pour votre poulain au 06 12 36 39 44.

 

(*) L’ostéochondrite ou ostéochondrose est une anomalie de la croissance de l’os et du cartilage, qui touche les enfants et les jeunes animaux. C’est un groupe de maladies de causes inconnues, caractérisées par l’interruption de la vascularisation du noyau d’ossification primaire ou secondaire des os concernés.

Crédit photo @Istock

Voir aussi :

http://theses.vet-alfort.fr/telecharger.php?id=362