18 février 2019 / Santé

la Rhinopneumonie chez le cheval

Dossier
La rhinopneumonie du cheval

Boehringer Ingelheim encourage la surveillance et la prévention pour réduire la propagation de l’épidémie.

Lyon, le 18 février 2019 – communiqué de presse

La rhinopneumonie est une maladie infectieuse à surveiller auprès de la population équine suite aux cas attestés d’infection chez le cheval en 2018. La vaccination, disponible en France, permet la protection dans la majorité des cas.

De nombreux cas de rhinopneumonie équine sont survenus en France, en 2018. Au total, cette épidémie a enregistré 120 foyers de rhinopneumonie (1). Cette épidémie qui a touché principalement la filière des chevaux de sport, est due notamment aux nombreux rassemblements hippiques, mais aussi aux précautions sanitaires insuffisantes et à une population équine très insuffisamment vaccinée contre les herpes virus équins (HVE).

Une maladie contagieuse qui peut être maîtrisée

La rhinopneumonie équine est une maladie contagieuse des équidés dont les agents responsables sont les herpès virus équins 1 et 4. Quelle que soit l’infection, elle est caractérisée par une maladie respiratoire dont la gravité varie selon l’âge et l’état immunitaire du cheval. L’infection par l’HVE1, en particulier, peut progresser et provoquer des maladies plus sévères qui peuvent se manifester par des avortements, des mortinatalités ou des troubles neurologiques.

Connaître et reconnaître les symptômes

Cette maladie peut se manifester sous différentes formes.

  • Une difficulté respiratoire qui se traduit par une rhinopharyngite aiguë ayant tendance à évoluer rapidement en trachéobronchite. La maladie dure 1 à 2 semaines et est susceptible d’être compliquée par des surinfections bactériennes,
  • des avortements en fin de gestation,
  • ou encore des troubles neurologiques comme l’ataxie temporaire, la parésie, l’incontinence urinaire ou même la paralysie complète pouvant conduire à la mort de l’animal.
Le diagnostic de la maladie est réalisé via différents prélèvements (prise de sang, prélèvements naso-pharyngés, ponctions…).
Surveiller et prévenir la rhinopneumonie
Les propriétaires se doivent d’être vigilants quant à ces virus car, comme tous les autres herpes virus, il conduit à des phénomènes de latence c’est-à-dire qu’une fois contaminé, le cheval peut manifester la maladie plusieurs fois au cours de sa vie, d’où l’importance de la vaccination.
A ce jour, aucun traitement spécifique pour combattre la rhinopneumonie n’existe. Pour éviter la contamination du cheval par les herpes virus équins 1 et 4, la meilleure prévention reste donc la vaccination associée aux mesures sanitaires telle que la biosécurité (zonage des animaux, fermeture des structures infectées, confinage, mesures d’hygiène générale…).
En tout état de cause, les propriétaires se doivent d’être vigilants et se référer très rapidement à leur vétérinaire, dès l’apparition de symptômes susceptibles de correspondre à cette maladie.

 

A propos de Boehringer Ingelheim

L’amélioration de la santé et de la qualité de vie des patients constitue l’objectif du groupe Boehringer Ingelheim, qui place la recherche au cœur de ses priorités. C’est pourquoi Boehringer Ingelheim concentre ses efforts sur les maladies pour lesquelles il n’existe aucun traitement satisfaisant à ce jour et sur le développement de thérapies innovantes permettant d’allonger l’espérance de vie des patients. Dans le domaine de la santé animale, Boehringer Ingelheim encourage la prévention avancée.

Entreprise familiale depuis sa fondation en 1885, Boehringer Ingelheim figure parmi les 20 premières entreprises du médicament au monde. Près de 50 000 collaborateurs créent de la valeur au quotidien en innovant dans les trois grands métiers que sont la santé humaine, la santé animale et les produits biopharmaceutiques. En 2017, Boehringer Ingelheim a réalisé près de 18,1 milliards d’euros de chiffre d’affaires et consacré plus de trois milliards d’euros à la recherche et développement, soit 17,0 % de ses ventes nettes.

 

En tant qu’entreprise familiale, Boehringer Ingelheim planifie sur plusieurs générations et se concentre sur ses succès à long terme. Elle vise par conséquent une croissance organique issue de ses ressources tout en étant ouverte à des partenariats et des alliances stratégiques dans le domaine de la recherche. Boehringer Ingelheim adopte naturellement dans son action une attitude responsable vis-à-vis de l’environnement et des populations.

Pour en savoir plus sur Boehringer Ingelheim, rendez-vous sur www.boehringer-ingelheim.fr ou sur http://annualreport.boehringer-ingelheim.com pour consulter notre rapport annuel.
Suivez-nous sur https://twitter.com/BoehringerFR

 

À propos de la division santé animale de Boehringer Ingelheim
Deuxième acteur mondial de son secteur, Boehringer Ingelheim s’engage à améliorer le bien-être des animaux grâce à sa gamme de produits et services innovants, axés sur la prévention. Avec un chiffre d’affaires de 3,9 milliards d’euros et 10 000 employés dans le monde, la division santé animale de Boehringer Ingelheim est présente sur plus de 150 marchés.

Boehringer Ingelheim

(1) RESPE