LE PARTENAIRE 100% CHEVAL

Chaque année de nombreux chevaux sont touchés par la piroplasmose. Cette maladie parasitaire transmise par les tiques fait peur car elle peut être mortelle (rarement cependant) pour le cheval et sa fréquence est particulièrement élevée sous nos latitudes.

Quel est son mode de transmission ?

Des tiques contaminées mordent le cheval et transmettent via leur salive les parasites protozoaires Babésia caballi (T. equi) ou Théléria equi (B.théléria). Il suffit d’une seule morsure pour que le cheval soit contaminé.

Tous les équidés peuvent être touchés, cheval, poney, zèbre, âne et croisement entre ces espèces comme la mule et le bardot par exemple.

Un cheval infecté n’est pas contagieux pour l’homme ni pour ses congénères, en revanche, il peut transmettre le parasite à une tique saine qui reproduira la schéma de propagation.

Le cheval peut être infecté via une aiguille contaminée ou du matériel chirurgical, il est donc très important de réserver aiguilles et seringues à un usage unique.

Les juments contaminées par Théléria equi peuvent transmettre in-utero le parasite à leurs poulains, cela peut provoquer des avortements, une mortalité natale et des poulains malades dès la naissance.

L’incubation de la maladie pour Théléria equi est de 12 à 19 jours et de 10 à 30 jours pour Babésia caballi. Les chevaux peuvent être atteints de 2 formes de la maladie, la forme aiguë ou la forme chronique.

Les symptômes :

Piroplasmose à Theileria equi. Principaux symptômes et évolution de la parasitémie dans le temps. D’après la thèse vétérinaire du Dr Gaël, Anne LE METAYER “SEROPREVALENCE DES PIROPLASMOSES EQUINES EN FRANCE ENTRE 1997 ET 2005

  • forte fièvre (40°- 41°C)
  • urines de couleur jaune foncé à marron
  • muqueuses de couleur pâles
  • abattement, léthargie
  • anorexie (consécutif à la température
  • œdème des membres et de l’abdomen,
  • anémie
  • signes neurologiques (plus rare).

Lors des formes chroniques, les symptômes peuvent être plus discrets et se manifester par un abattement, une intolérance à l’effort et des œdèmes aux membres et à la partie basse de l’abdomen.

Piroplasmose à Babesia caballi : Principaux symptômes et évolution de la parasitémie dans le temps. D’après la thèse vétérinaire du Dr Gaël, Anne Le Metayer “SEROPREVALENCE DES PIROPLASMOSES EQUINES EN FRANCE ENTRE 1997 ET 2005 “

Le traitement :

Le vétérinaire doit venir le plus rapidement possible pour établir un diagnostic et mettre en place le traitement. Il effectue une sérologie sanguine et/ou une recherche des deux parasites par la méthode de laboratoire PCR qui permet de détecter très précocement les traces d’ADN du parasite et de confirmer le diagnostic. La PCR est adaptée aux formes aiguës.

Une fois le diagnostic établi par le vétérinaire, le traitement est donné au cheval pour essayer d’éliminer le parasite, tout au moins contrôler l’infection.

La molécule utilisée est l’Imidocarde dipropionate plus connue sous le nom de Carbésia©, le vétérinaire établi son protocole en fonction de l’état de santé du cheval, du parasite et de la forme aiguë ou chronique de la maladie.

La prévention :

Nous ne pouvons pas éliminer toutes les tiques de la surface de la Terre mais par des moyens simples, nous pouvons limiter leur présence en nettoyant nos pâtures, taillant les arbres, arbustes, haies, broussailles, éliminant les refus ou mauvaises herbes.

Certaines propriétaires de chevaux ont trouvés une parade naturelle et efficace pour éradiquer les tiques en adoptant des poules landaises, en effet une seule poule landaise est capable de dévorer plusieurs dizaines de tiques quotidiennement et elle est particulièrement rustique !

Il existe également des produits chimiques ou naturels permettant de tenir les tiques à distance de nos chevaux, le mieux étant de demander conseil à notre vétérinaire.

Dans les formes chroniques il est important de garder le cheval en forme car les baisses du système immunitaire entraînent des rechutes. Il existe sur le marché de nombreux produits permettant de soutenir le système immunitaire du cheval.

L’équipe Cheval-partenaire avec la collaboration  de la Clinique équine de Conques

Source : Thèse veterinaire du Dr Stéphanie Delattre du 14/11/2014 « ETUDE BIBLIOGRAPHIQUE ET RETROSPECTIVE SUR DES CHEVAUX TESTES POSITIFS A LA PIROPLASMOSE A LA CLINEQUINE »


Ne manquez plus une actualité !

Abonnez-vous dès maintenant à la newsletter mensuelle Cheval Partenaire...