Les ulcères gastriques et le cheval

Publi-rédaction
Le cheval en liberté

Le Syndrome d’ulcère gastrique équin (EGUS) décrit les érosions et/ou ulcères de la dernière partie de l’œsophage, de la muqueuse de l’estomac, ou de la première partie de l’intestin grêle (le duodénum). Les chevaux de course sont particulièrement à risque, entre 80 à 95% des chevaux diagnostiqués ont des ulcères gastriques. Cependant, EGUS n’est pas restreint aux chevaux de course, car la recherche a montré que jusqu’à 37% des chevaux de loisir et 63% des chevaux de performance peuvent également souffrir de cette condition. Toutes les catégories de chevaux et toutes les races peuvent être touchées ; avec une prédilection pour les Pur-sang Anglais, Pur-sang Arabes, les Anglo-Arabes et les Trotteurs.

Causes

L’estomac est divisé en deux parties et séparé par une bande appelée margo plicatus.  La partie ‘haute’ est la partie squameuse (non glandulaire), elle recouvre environ 1/3 de l’estomac ; et la partie inférieure, qui est la partie glandulaire, occupe les 2/3 restants.  Les cellules des glandes situées dans la partie riche en glandes produisent, entre autres, l’acide gastrique et sont protégées contre l’acide par une couche de mucus. La partie squameuse n’est recouverte que d’une fine couche de cellules et n’a qu’une faible protection contre l’acide gastrique.

Le cheval produit de l’acide gastrique en permanence et, contrairement aux autres animaux, ne produit de la salive que lorsqu’il mâche.

La salive et la présence d’un contenu d’estomac (foin/herbe) agissent comme un tampon contre l’acide gastrique. La salive contient beaucoup de bicarbonate de sodium qui aide également à neutraliser l’acide gastrique. La production de salive est stimulée lorsque le cheval mâche des fibres. Les chevaux dans la nature produisent 40 à 60 litres de salive par jour, car ils mâchent presque toute la journée.

Par conséquent, tout ce qui limite la mastication et donc la production de salive, comme une consommation de fourrage limitée, augmentera le risque d’EGUS. Puis, d’autres facteurs favorisant le développement des ulcères sont toutes les autres sources de stress, comme par exemple le jeûne ou la restriction d’accès à l’eau.

Un autre facteur de causalité impliqué dans EGUS est l’exercice. Avec un mouvement normal et doux, le contact du contenu gastrique est limité à la région glandulaire. Cependant, des recherches ont montré que les exercices à grande vitesse font que le contenu gastrique bouge et entre en contact avec la région non glandulaire (partie squameuse) non protégée, augmentant ainsi le risque d’EGUS.

Les autres causes non nutritionnelles d’EGUS incluent l’utilisation des médicaments anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS).

Potentiellement certaines bactéries telles que E. coli, Lactobacillus, et Streptococcus peuvent aggraver les ulcères dans la partie squameuse de l’estomac.

Symptômes et Diagnostic

Les symptômes sont souvent très variés et peuvent également indiquer d’autres problèmes.

Les symptômes peuvent être :

  • Diminution de l’appétit et amaigrissement
  • Robe terne-Contre-performance-Bâillements
  • (Légers) symptômes de coliques
  • Grincements des dents-Diarrhée (intermittente)

Il est donc très difficile de déterminer si un cheval a des ulcères d’estomac sans passer par une gastroscopie. Et au moment où les symptômes sont clairement présents, les ulcères d’estomac sont souvent déjà à un stade plus avancé, ce qui rend plus long et difficile leur traitement.

Traitement

La gestion des facteurs à risques tels que décrits ci-dessus est primordiale dans la guérison des chevaux souffrant de EGUS. Le traitement médicamenteux repose le plus souvent sur des médicaments tels que GastroGard® (oméprazole).

Gestion environnementale

Si les facteurs environnementaux ne sont pas gérés, un taux de récurrence d’EGUS est fort plausible. Il convient donc de réduire l’intensité du travail, d’augmenter le temps passé en pâture/paddock et de changer les facteurs à risques liés à l’alimentation.

Mesures alimentaires

Les mesures clefs sont : l’augmentation de l’ingestion de fourrage et l’élimination des grandes quantités de concentrés en un repas, fractionner les repas.

Idéalement, un cheval souffrant d’EGUS doit pouvoir avoir accès au foin ou à l’herbe librement, également avant l’exercice, même en petites quantités.  Donner une petite quantité de fourrage ou de fibres avant l’exercice peut aider réduire le risque d’EGUS. Le contenu sous forme de fibres agit alors comme un ‘tapis’ aidant à prévenir l’acide gastrique à se projeter sur la partie non glandulaire de l’estomac. Procurer de la Luzerne (Alfalfa) (en fibres courtes également) peut s’avérer positif car elle est riche en calcium et en protéines, permettant de tamponner l’acide gastrique. Il convient alors d’en tenir compte dans la ration totale.

En ce qui concerne les concentrés : Des petits repas (fréquents) sont à privilégier. Il convient de nourrir un floconné ou un granulé qui fournit une plus grande proportion de calories provenant de l’huile et des fibres. L’aliment concentré doit être divisé en plusieurs petits repas afin que l’apport en amidon reste inférieur à 1 g d’amidon / kg de poids corporel. C’est-à-dire, généralement pas plus de 0.5 kg de concentrés par 100 kg de poids vif. Inclure des fibres courtes dans la portion des concentrés permet également de prolonger la mastication et d’augmenter la salivation.

Autres mesures alimentaires

Suppléments

Il existe un grand nombre de produits contenant du carbonate de calcium ou du carbonate de sodium ; des complexes de pectine et/ou lécithine ; différentes herbes ; et des additifs qui tapissent la paroi de l’estomac. Un grand nombre de produits n’ont pas été testés sur des chevaux, et lorsqu’un produit pourrait être amené à fonctionner en condition expérimentale dite idéale, il est difficile de transcrire un même résultat en condition réelle lorsque de nombreux facteurs à risques sont présents. Et même à l’inverse, le résultat peut, ou ne peut pas fonctionner en condition réelle.  Des études menées avec certains de ces produits ont montré un effet positif sur le score des ulcères gastriques en condition expérimentale.

Aussi, procurer des prébiotiques pourrait contribuer à la cicatrisation de lésions ulcéreuses de la partie squameuse de l’estomac.

Bien qu’il n’existe actuellement pas suffisamment de preuves scientifiques pour pleinement soutenir l’efficacité des produits à base de plantes pour les chevaux, des recherches menées sur des chevaux ayant reçu de la pulpe de baies d’argousier ont montré une meilleure santé de la paroi de l’estomac.

L’huile végétale (Maïs), riche en oméga 3 et 6, quant à elle a des vertus incontestables pour les chevaux souffrant d’EGUS. D’une part, Elle constitue un apport en énergie supplémentaire permettant de diminuer la quantité de concentrés, et d’une autre part, elle aurait pour effet de diminuer l’acide gastrique et d’augmenter la production de mucus à l’intérieur de l’estomac. Il est important d’introduire l’huile graduellement à la ration, et de tenir compte de son inclusion pour le reste de la ration, ou il convient de choisir un concentré riche en fibre et en lipides.

Electrolytes

Des recherches ont montré que l’apport de quantités d’électrolytes importantes sur des chevaux d’endurance a eu une incidence accrue d’EGUS. Clairement, la supplémentation en électrolytes pour chevaux d’endurance et de compétition à haut niveau nécessite un examen au préalable et cela devrait être vu avec le vétérinaire.

Chez Dodson et Horrell, nous avons mis au point plusieurs aliments qui répondent aux exigences des chevaux sujets aux ulcères gastriques, à condition que les mesures thérapeutiques et environnementales soient prises en compte également. Une large gamme de fibres courtes est également disponible. https://www.dodsonandhorrell.com

france@dodsonandhorrell.com

Il s’agit de :

elite-sport-muesli-dodson-et-horrell
Elite Sport Muesli : floconné pour un haut niveau de performance, avec de faibles teneurs en amidon et en sucres. Riche en lipides et en fibres. Il est parfaitement équilibré en électrolytes, minéraux et levures. Il contient aussi des antioxydants naturels pour soutenir la fonction musculaire et la récupération.
ers-cube-dodson-et-horrell
ERS Cubes : aliment sous forme de granulés pour de la performance, avec une très faible teneur en amidon mais riche en calories, pour les chevaux et poneys fournissant un travail intensif. Procure une énergie essentiellement issue de fibres digestibles et de lipides, au lieu des céréales.

Suppléments :

digestive-support-dodson-and-horrell
Digestive Support : formulé en particulier pour le système digestif sensible du cheval, Digestif Support fournit un soutien nutritionnel à base de plantes pour l’ensemble du système digestif et favorise une population normale de bactéries dans le gros intestin. Il contient des pré-biotiques et soutient l’équilibre normal des micro-organismes dans le tracte intestinal du cheval.

Credits photos @Shutterstock & Dodson and Horrell