Recherche
MÉDIA PRESSE ET DIGITAL DU MONDE ÉQUESTRE

Pourquoi faire appel à un dentiste équin?

C’est principalement la domestication du cheval qui implique un besoin de soin bucco dentaire régulier. Les dents du cheval poussent en effet tout au long de l’année, c’est ce que l’on appelle l’hypsodontie. Or, avec le changement de vie du cheval qui n’évolue plus à l’état naturel, sa manière de mastiquer change et génère des répercussions.

Prenons l’exemple d’un cheval en box, il ne mastique plus toute la journée. De plus, les aliments sont pré broyés et pré cuits. De ce fait, l’amplitude du mouvement mastication est moins important.

Pour les chevaux au pré, il existe aussi un impact de la domestication car les prés sont munis d’herbe tendre et nous les restreignons sur des parcelles délimitées.

A l’état naturel, les chevaux mangent beaucoup d’aliments variés et sur une durée plus longue (près de 16 heures par jour), ce qui oblige une amplitude de mouvement de mastication plus importante.

Le mouvement de mastication

C’est un mouvement en « 8 » dit Hélicoïdal ou appelé mouvement Lemniscate qui a pour fonction de réduire les aliments en fines particules alimentaires (par l’action mécanique de la salive et mécanique des dents). On a un bol alimentaire (1) prêt à être dégluti, de manière à ce que les organes constituants le système digestif puissent assurer au mieux leurs fonctions digestives.

Si l’on imagine que le cheval a une pathologie dentaire qui restreint son mouvement masticatoire, la 1ère conséquence sera au niveau de l’alimentation. Les aliments vont être en effet moins broyés et moins bien insalivés (la salive a une action chimique de prédilection et mécanique de lubrification). Le bol alimentaire va être d’un volume plus important, ce qui entraine des répercussions. Anatomiquement, le sytème digestif du cheval est tubulaire, plus le bol alimentaire est gros, plus il y a des risques de bouchons (bouchons œsophagiens, coliques…).

De plus, comme les aliments on un volume plus important, c’est seulement l’extérieur des particules alimentaires qui va être attaqués par les sucs.

La quantité d’aliments digérés sera donc moindre, par exemple, si votre cheval a de grosses surdents et que vous lui donnez 6 litres par jour, il se peut que seulement 2 ou 3 litres profitent à l’animal.

D’autre part, l’estomac va essayer de compenser en produisant plus de sucs gastriques qui sont acides. Le pH de l’estomac va donc changer et risque de provoquer des irritations voire des ulcérations de la muqueuse gastro duodénale (2). Il existe de ce fait de nombreuses coliques ou des dysfonctions ostéopatiques viscérales (3).

Anatomiquement parlant, les dents maxillaires sont plus larges que les dents mandibulaires. Avec la restriction du mouvement masticatoire, la fonction occluso vestibulaire (4) des dents maxillaires ne s’usent plus correctement et la fonction occlusion lingual non plus. C’est ce que l’on appelle les surdents. Les surdents représentent l’anomalie dentaire la plus fréquemment rencontrée, tous les chevaux ont des surdents et méritent un examen dentaire régulier.

La fréquence de cet entretien dépendra du mode de vie du cheval, on admet qu’un entretien annuel est une très bonne fréquence mais le praticien dentaire équin vous conseillera en fonction des besoins de votre cheval. A noter toutefois que jusqu’à 5 ans et durant la période où le cheval perd ses dents de lait, une visite tous les 6 mois est nécessaire afin de vérifier le bon processus de la perte de ces dents.

Quelles sont les conséquences d’une restriction de ce mouvement?

Dès que l’on a une restriction du mouvement masticatoire, qu’elle soit d’aspect mécanique ou ….., on a des répercussions sur le schéma corporel du cheval.

On peut dissocier ces répercussions selon deux catégories :

  • gênes sur l’appareil locomoteur et donc sur le travail du cheval (difficulté à mettre le mors, refus du contact, s’encapuchonne, problème d’incurvation, s’appuie sur le mors)
  • gênes directement sur la santé du cheval avec répercussion sur la nutrition et sur le système digestif (dégradation de son état général, coliques à répétition, mauvaise haleine, jetage nasal, hyper salivation)

Quelles sont les principales anomalies et pathologies liées à des problèmes dentaires?

  1. Les surdents qui engendrent des blessures et provoquent des douleurs au repos et à la monte.
  2. Un dysfonctionnement de l’ATM ( Articulation Temporo Mandibulaire) qui est provoqué par une restriction du mouvement masticatoire.
  3. Un décalage entéro-postérieur maxillaire et mandibulaire qui bloque le mouvement de mastication.
  4. Les dents de loup et dents de cochon (incluses ou non) qui en contact direct avec le mors provoquent des chocs et des douleurs.
  5. La carie dentaire qui non soignée entraîne des dégâts au niveau de la sphère buccale et du schéma corporel.
  6. Le diastème, il s’agit d’espace inter-dentaire qui favorise un bourrage alimentaire et peut entre autre, provoquer l’apparition de caries.
  7. Les dominances qui gênent le bon mouvement de mastication.
  8. L’oligodontie qui est l’absence d’une ou plusieurs dents.

L’entretien des dents chez le cheval est un acte hautement important à sa bonne santé et à son bien-être.

Léa PLOUVIER Practicien dentaire équin

(1) Un bol alimentaire est le résultat de divers aliments mâchés et mêlés de salive, prêts à être digérés.

(2) Un ulcère gastro-duodénal se forme au niveau de la paroi de l’estomac ou du duodénum, partie initiale de l’intestin grêle

(3) Ensemble des organes de l’abdomen, du bassin et du thorax

(4) Manière dont les dents supérieures «maxillaires » s’engrènent avec les dents inférieures mandibulaires