Recherche
MÉDIA PRESSE ET DIGITAL DU MONDE ÉQUESTRE

Les poux, ces petits envahisseurs loin d’être inoffensifs!

Ils terrorisent les maîtresses d’écoles et les parents tant leur propagation est fulgurante. Mais pas besoin d’être un enfant sur les bancs de l’école pour en être victime, et oui…les chevaux sont aussi victimes de ces drôles de  petites bêtes!

 Mais qui sont-ils?

Il existe deux types de poux chez le cheval,  le poux broyeur et le poux piqueur.

Poux broyeur

Poux broyeur

Le poux broyeur (Bovicola ou Damalinia equi) qui se nourrit de cellules mortes. Il mesure 2mm, et présente une couleur beige clair avec des bandes transversales foncées. La tête est de couleur brun-orange et elle est plus large que le thorax, et aussi large que l’abdomen. Les poux broyeurs peuvent survivre plusieurs jours (2 semaines) dans la nature. Ils affectionnent particulièrement la tête, les oreilles, la nuque, le dos, les flancs et la base de la queue. Leur infestation est généralement moins massive qu’avec les poux piqueurs, ils se déplacent relativement vite rendant leur identification parfois difficile. Cependant, leur présence peut être facilement reconnaissable par la présence de lentes à la base des poils. Les lentes ressemblent à de petits sacs blanchâtres solidement accrochés aux crins et aux poils.

head lice

Poux piqueur

Le poux piqueur (Haemotopinus asini) mesure 3 à 4 mm, il possède  une tête étroite qui lui permet de s’ancrer dans la peau et de sucer le sang de leur hôte. Les poux piqueurs adultes sont de couleur brune, voire bleu-noir si gorgés de sang. Le poux piqueur affectionne la racine des crins, la queue,  l’intérieure des cuisses et les pâturons. Il provoque des démangeaisons violentes au niveau de la queue et peut faire penser à une invasion d’oxyures. Il se déplace peu et lentement et fuit la lumière directe et la chaleur d’une exposition solaire. Les adultes survivent peu de temps loin de leur hôte (4 à 7 jours). C’est la moins fréquente des infestations de poux, mais la plus préoccupante cliniquement. Non traités, elle peut être à l’origine d’anémie, de perte de poids, d’un poil mité et ralentit la croissance des plus jeunes.

Les symptômes:

Les poux provoquent de très fortes démangeaisons, des desquamations (pellicules) et des zones de dépilation. Le cheval va se gratter et même se mordre pour tenter de se soulager et on pourra observer des plaies liées à ce comportement. Le poil devient terne et on peut observer une altération de l’état général du cheval.

Ces symptômes s’observent particulièrement durant les hivers doux et pluvieux, c’est à cette période que le poux sévit le plus mais l’automne et le printemps ne sont pas en reste. On observe des invasions en particulier sur les chevaux à poils longs l’hiver, sur les chevaux  dont le système immunitaire est affaibli ou suite à  une pathologie traitée sur une longue durée avec des corticoïdes ou des antibiotiques. Il se peut aussi qu’un cheval soit infesté de poux alors que son système immunitaire fonctionne bien.

Traitements:

Il existe différents traitements suivant l’espèce de poux retrouvés chez le cheval, d’où la nécessité de bien les identifier et seul un vétérinaire pourra les prescrire, certains traitements ne disposant d’aucune AMM (Autorisation de Mise sur le Marché) pour les équins.

  •      Sebacil ® 50% solution: la substance active est le phoxim (organophosphoré). Le produit se présente sous la forme d’une solution à diluer et à utiliser en pulvérisation, où à l’aide d’une éponge imbibée. A noter qu’il existe également une version « pour-on » (Sebacil 7.5% POUR ON).
  •      Acadrex 60® : solution à diluer et à utiliser en pulvérisation, où à l’aide d’une éponge imbibée. La molécule active est le Fenvalérate (pyréthrinoïde). Ce produit dispose d’une AMM pour les bovins uniquement. Disponible uniquement sur ordonnance.
  •     Dimpygal® : solution à diluer et à utiliser en pulvérisation, où à l’aide d’une éponge imbibée. La molécule active et le dimpylate (organophosphoré). Ce produit ne dispose pas d’AMM pour les équins; Son utilisation sur les femelles gestantes ou allaitantes, ou encore sur les jeunes individus est déconseillée. Disponible uniquement sur ordonnance.
  •     La deltaméthrine (Butox®, Versatrine ®) : Ces produits  ne disposent pas d’une AMM pour les équins. Produits de type « pour-on » (Butox® 7.5, Versatrine®) (application du produit non dilué le long de la ligne du dos). Existe en solution à diluer (Butox® 50 pour mille) et à utiliser en pulvérisation, où à l’aide d’une éponge imbibée. L’innocuité de la deltaméthrine n’a pas été établie en cas de gravidité ou de lactation. L’usage de ces produits sur des femelles gestantes ou allaitantes est déconseillée. Ne pas associer à d’autres insecticides (risque d’abaissement du seuil de toxicité de la molécule). Disponible uniquement sur ordonnance.
  •     l’ivermectine (Ivomec®) : sous forme injectable ou « pour on ». Ce produit ne dispose pas d’une AMM pour les équins.

Tout le matériel du cheval (brosses, couvertures, tapis, harnachements) devra être traité pour éviter une nouvelle invasion. Tant que le cheval n’est pas traité, il faudra l’isoler. Si un seul cheval est atteint dans un troupeau, il faudra tout de même traiter le troupeau entier. A noter que  les poux ne se transmettent pas à l’homme, cependant ils peuvent se servir de nous comme vecteur temporaire pour contaminer d’autres chevaux. Il faut éviter les contacts avec les chevaux sains juste après s’être occupé des chevaux infestés.

Les poux peuvent survivre une semaine à l’écart du cheval, ce qui veut dire qu’ils peuvent se loger dans le matériel de pansage et passer ainsi très facilement d’un cheval à l’autre. Ils vivent pendant un mois environ, temps durant lequel ils pondent des œufs (« lentes ») très résistants qui s’accrochent aux poils et éclosent au bout de 6 jours. Il est donc impératif de traiter le cheval suffisamment longtemps, même après la disparition des adultes.

Il existe des traitement alternatifs dit naturels mais leur efficacité reste aléatoire, parfois faible et fastidieuse.

Voici une liste non exhaustive:

– Vinaigre blanc ou de cidre + huiles essentielles de Geranium-lavande-cryptoméria-Tea tree dans un spray à passer pour tuer les poux ramassés avec le peigne et en alternance sur le corps avec le mélange Huile de Neem +HE (huile essentielle)

  1. Huile de végétale Neem (Margousier) + HE (les mêmes) dans un spray

  2. Shampoing Huile végétale de Neem + HE – rincage vinaigre (le shampoing va décoller les lentes, il reste plus qu’à passer le peigne à poux). J’en ai effectué un seul, le soleil me l’ayant permis

  3. Passage du peigne a poux tous les jours (évidemment sur l’ensemble du corps et dans les crins qu’il faut penser à démêler avant sinon le peigne s’abîme)

Traitement homéopathique:

-Staphysagria (appelée également Herbe à poux) = 3 doses sur 3 jours ( 1er jour dose en 5ch, 2eme jour dose en 9ch et 3eme jour dose en 15ch) à renouveler à 12 jours d’intervalle.

-Psorinum 15ch (5 granules par jour jusqu’à disparition complète).

Une inspections régulière de la fourrure de nos chevaux est indispensable durant les périodes douces et humides afin de leur éviter une infestation par les redoutables poux.

L’équipe de Cheval-Partenaire

Source: http://www.animaderm.com/fr/dossiers-pratiques/14/les-poux