Recherche
MÉDIA PRESSE ET DIGITAL DU MONDE ÉQUESTRE

Cheval-partenaire vous propose  une liste de plantes particulièrement toxiques pour nos équidés

1- Jacobée ou séneçon ou herbe de St-Jacques : généralement, pas consommée à l’état frais par les chevaux, sauf en cas de rareté d’herbe, on peut la retrouver dans le fourrage et qui une fois sec est consommé par le cheval. Amaigrissement, anémie (perte de globules rouges, avec des muqueuses qui deviennent pâles), constipation, troubles nerveux.

2- Acacia commun ou robinier : il suffit de 150 grammes d’écorce pour entraîner des troubles digestifs mortels (coliques spasmodiques), forte sudation, et des troubles nerveux (troubles de la démarche, convulsions, paralysies…)

3- Faux-ébénier ou cytise : son ingestion par le cheval provoque une forte sudation, des tremblements musculaires et parfois des convulsions. La mort peut survenir si les muscles respiratoires sont atteints soit environ dès 250 grammes de baies ingérées.

4- Belladone : l’ingestion de feuilles, de fleurs ou de baies provoque des troubles importants, comme un affaiblissement généralisé, des troubles nerveux, de la constipation conduisant à la mort.

5 – Laurier-cerise : son ingestion peut conduire à la mort après des troubles respiratoires et éventuellement nerveux.

6 – Le laurier-rose :  plante ornementale qui n’est pas très appréciée par les chevaux mais qui est très toxique, voire mortelle. Toute la plante est toxique et 30 à 60 gr de feuilles suffisent à tuer un cheval et il n’existe aucun traitement efficace. Les troubles sont essentiellement digestifs, cardiaques, nerveux et respiratoires, avec mort par asphyxie.

7 – Digitale pourpre : en règle générale, les chevaux évitent cette plante mais une ingestion de 150 grammes suffit à paralyser le système respiratoire du cheval et à le tuer.

 

 

8- If : souvent dans les cimetières et sur les terrains calcaires Moins d’une centaine de grammes ingérés peuvent être fatals au cheval et il n’existe ni traitement efficace ni antidote.

9 – Datura : à l’état frais son odeur permet au cheval de s’en tenir à l’écart mais une fois coupé les chevaux peuvent se laisser tenter. Tachycardie, insuffisance cardiaque, sècheresse des muqueuses, constipation, dilatation des paupières, troubles de la vision et hyperthermie.

10 – Le millepertuis : plante à fleurs jaunes très répandue en France et qui provoque une photosensibilisation.Rougeurs, cloques, suintement, démangeaisons et agitation, atteinte rénale possible. Le traitement consiste à garder l’animal à l’ombre jusqu’à guérison et à traiter les plaies suivant prescription du vétérinaire.

11- La fougère aigle : les chevaux ne la consomment pas spontanément

mais peuvent en être friands en fin d’été.Troubles nerveux, faiblesse, tremblements musculaires, spasmes, convulsions… Le risque de mortalité est important. Colique, fièvre, puis fourbure et coagulation intravasculaire disséminée.

12- L’érable : provoque la myopathie, urine rouge foncé ou brune, manque d’oxygénation, destruction des globules rouges,

13- Le thuya : il est responsable de coliques graves en cas d’ingestion massive.

14- La prêle : elle contamine essentiellement le fourrage et les troubles apparaissent après une dizaine de jours environ d’ingestion quotidienne. Troubles de l’équilibre et de la démarche, une urine éventuellement foncée, puis la mort.

Un traitement à base de vitamine B1 donne souvent des améliorations.