Recherche
MÉDIA PRESSE ET DIGITAL DU MONDE ÉQUESTRE

Le cavalier, un vrai sportif!

Qui n’a pas déjà entendu cette petite réflexion de la part de ses amis ou de ses collègues de travail:  » Mais l’équitation, ce n’est pas un sport!

C’est le cheval qui fait tout! » C’est particulièrement énervant et frustrant mais voyons pourquoi les cavaliers peuvent être considérés comme de vrais sportifs!

Monter à cheval n’est pas naturel pour l’homme, faire corps avec un animal de 500kg ou plus qui a son propre équilibre demande des heures et des heures d’apprentissage pour se servir au mieux de son corps et ne faire qu’un avec le cheval. L’équitation fait appel a de nombreux muscles. Les muscles des jambes, principalement les adducteurs qui servent à rapprocher les cuisses, les muscles du dos et particulièrement les abdominaux qui participent au maintien de la colonne vertébrale. Nos articulations sont également sollicitées, en particulier celles de nos genoux, de nos chevilles et nos hanches.

Muscles sollicités

Muscles sollicités durant la pratique de l’équitation.

Mais l’équitation requiert aussi une bonne respiration, de l’endurance, un bon cardio, de la souplesse, de l’équilibre, des réflexes et n’oublions pas un très bon mental. Le cheval est sans cesse en mouvement et le cavalier doit l’accompagner de façon harmonieuse, adapter sa position durant ses déplacements et quelque soit la vitesse du cheval.

Monter à cheval demande aussi de la coordination, en effet, il n’est pas facile de faire travailler certaines parties de notre corps indépendamment des autres (jambe extérieur et jambe intérieur, mains et jambes, épaules et hanches).

Outre l’effort physique, monter à cheval demande un effort intellectuel. Le cavalier doit en quelques sorte piloter son cheval, cheval qui rappelons le, n’est pas une machine mais bien un animal à quatre pattes, qui pèse 500 kg en moyenne, qui a un cerveau, avec des émotions, des peurs et un caractère qu’il faut gérer et prendre en compte.

Laure a cheval pour le cavalier ce sportif

Laure Chanel en concours de CSO sur son cheval, Oscar de Camarina. La cavalière doit adapter constamment sa posture aux facéties de son cheval.

Le cerveau du cavalier doit toujours être en éveil lorsqu’il est à cheval, le moindre moment d’inattention et le cavalier perd sa connexion avec son cheval, cela peut se traduire par une dérobade ou un refus à l’obstacle par exemple, c’est pourquoi il doit garder sa vigilance.

En concours le cavalier devra faire preuve de calme, de concentration, de mémoire et rester toujours à l’écoute de son cheval malgré le stress lié à la compétition.

Outre le fait de monter à cheval, les à côtés comme aller chercher son cheval au pré ou au box, le panser, lui curer les pieds, le seller, transporter son matériel, monter son parcours d’obstacles, ranger les obstacles après sa séance, nettoyer le box, …etc demandent de l’énergie et des qualités physiques.

Une bonne condition physique est nécessaire à la pratique de l’équitation et le cavalier devra si possible pratiquer une activité physique supplémentaire pour améliorer certains points comme le cardio ou la souplesse. Son hygiène de vie doit être bonne et les excès ne sont pas conseillés.

Le cavalier est un sportif à part entière et l’équitation est un sport complet qui permet de développer des qualités physiques mais aussi des qualités mentales.

L’équipe Cheval-Partenaire