Recherche
MÉDIA PRESSE ET DIGITAL DU MONDE ÉQUESTRE

Il est important de bien comprendre la système digestif du cheval afin d’adapter son alimentation et d’appréhender certaines maladies

La digestion, du latin digerere signifie dissoudre, elle a pour but de transformer les matières alimentaires de façon à les rendre assimilables et utilisables par l’organisme via un processus complexe.

Le système digestif du cheval est simple mais extrêmement délicat et sensible.

Contrairement à la vache, le cheval n’est pas un ruminant, il possède un seul estomac, c’est donc un herbivore monogastrique.

Découvrons ensemble ce fameux système digestif et ce qui le compose!

digestion2

1- La bouche du cheval

Elle est composée de 36 à 40 dents selon son sexe. Le cheval possède deux puissantes mâchoires qui comptent 12 incisives (3 par demie mâchoires) qui lui permettent de couper de l’herbe ras et de sélectionner une herbe jeune et riche en matières azotées.

Il possède également 12 pré-molaires et 12 molaires qui associées aux mouvements de la mastication (sur les côtés et d’avant en arrière), assurent le broyage des aliments.

La langue est un muscle puissant, elle se charge du tri et du déplacement des aliments dans la bouche pour assurer un broyage homogène.

2- L’œsophage

C’ est un conduit qui relie le pharynx à l’estomac, il mesure environ 1m50 et permet l’accès des aliments mastiqués à l’estomac.

3- L’estomac 

L’estomac du cheval est relativement petit (contenance de 15 à 18 litres) et ingère de petites quantités d’aliments à chaque repas. La mastication fait saliver le cheval qui lui permet d’humidifier son aliment mais aussi de faciliter la digestion ultérieure car elle contient une enzyme digestive appelée Amylase.

Sachez que la mastication est primordiale pour la bonne digestion du cheval.

En effet, son estomac est divisé en deux: une partie blanche qui est vulnérable puisqu’elle n’a pas de couche protectrice de mucus et une partie rouge mieux protégée des attaques des acides.

Quand le cheval mastique, il produit de la salive qui a un rôle tampon et qui régule le PH dans l’estomac. Le cheval produit jusqu’à 40 litres de salive par jour !  

La salive est indispensable pour ne pas léser les parois de l’estomac. L’estomac possède à son entrée un sphincter appelé «cardia».

Contrairement à l’homme, ce sphincter empêche le cheval de vomir. Les aliments y continuent leur transformation chimique sous l’action du suc gastrique. Ils ne sont pas brassés, ce qui veut dire que les aliments du cheval doivent être donnés dans un certain ordre car ce qui rentre ressort exactement dans le même ordre. En une heure, les deux tiers d’un repas sont digérés. 

C’est pour cette raison que vous devez distribuer en premier le fourrage et laisser le temps à votre cheval de bien le terminer avant de lui donner le granulé ou tout autre concentré alimentaire. Nous vous conseillons aussi de placer à disposition du cheval une pierre à sel riche en apports en minéraux et oligo éléments (calcium, sodium, magnésium, fer, zinc, fluo manganèse, …). Un autre élément à ne pas négliger, la régularité des repas! Une distribution très irrégulière peut provoquer des coliques.

4 – L’intestin grêle

C’est l’endroit où se déroule la digestion des glucides et des protéines, c’est en son sein que l’organisme capte les substances nécessaires à l’énergie du cheval. L’intestin grêle est un tube long et très sinueux, ce qui prédispose le cheval aux coliques et peut créer des torsions.

Le système digestif du cheval est très fragile puisque le cheval ne peut pas vomir car le cardia (muscle à l’entrée de l’estomac) ne s’ouvre que dans un sens (entrée). Le cheval ne possède pas de vésicule biliaire, cependant il produit en permanence de la bile, voilà pourquoi il doit manger en petite quantité et régulièrement.

L’alimentation (fourrage et grain) du cheval ne doit pas être changée du jour au lendemain et demande une période de transition afin que la flore intestinale ait le temps de s’adapter et que le cheval puisse digérer correctement le nouvel aliment.  Si ces mesures ne sont pas respectées, le cheval risque des coliques, fourbures et même une baisse du système immunitaire.

5- Le gros intestin ou le colon

Le gros intestin ou côlon flottant mesure entre 6 à 8 mètres avec un volume d’environ 96 litres. Le côlon flottant du cheval est fragile et très souvent responsable des coliques. Les aliments y séjournent de 18 à 24 heures puis sont déshydratés et expulsés sous forme de crottins.

Respecter le fonctionnement digestif du cheval est essentiel pour son bien être, sa survie et sa longévité

L’équipe de Cheval-Partenaire

digestion3