Recherche
MÉDIA PRESSE ET DIGITAL DU MONDE ÉQUESTRE

DEUX APPROCHES INDISSOCIABLES

L’apparition récente en France de l’approche comportementale du cheval, doit-elle remettre en question l’équitation classique, héritage militaire, que nous pratiquons depuis toujours ?

Si nous pratiquons l’équitation dite « classique » depuis des siècles, l’arrivée de l’équitation dite « éthologique », nous invite à remettre certains principes en question.

En effet, comme le dit Andy Booth:

« L’étude du comportement du cheval est réellement complémentaire à l’apprentissage d’une discipline équestre, elle est même indispensable pour une meilleure coopération homme-cheval. Le cheval est capable d’apprendre très vite si son cavalier sait lui enseigner. Par exemple: lorsque je suis à cheval, si je serre mes jambes pour demander le stop et si je serre les jambes pour avancer, il est normal que le cheval ne comprenne pas puisque le cavalier utilise le même code pour deux actions différentes. » 

Souvent le cheval est contraint à outrance, trop de mains, de jambes, une mauvaise assiette, etc. Le cheval a une excellente mémoire et nos incohérences involontaires peuvent le perturber et l’empêcher de comprendre nos demandes.

Andy Booth, de par son expérience, a bien compris la nécessité d’associer la science éthologique à l’éducation clas- sique. Il est depuis peu installé en Gironde en collaboration avec Olivier Robert, grand cavalier orienté CSO, pour travailler ensemble, mutualiser leurs deux approches et tirer le meilleur des chevaux de sport. 

« Nous sommes persuadés que l’association des deux équitations conduit à des chevaux bien dans leur tête et désensibilisés. L’éducation du cheval prend du temps mais elle est très bénéfique et amène la sécurité lorsque nous allons le chercher au box, au pré et lorsque nous le montons. De plus, le mélange de l’approche comportementale avec l’équitation classique, nous permet de nous rapprocher de notre cheval, de mieux le comprendre et de lui laisser aussi le temps de nous faire confiance » nous livre Andy.

Or, l’homme est souvent pressé, il a hâte de profiter de son cheval en brûlant parfois des étapes essentielles dans l’éducation et dans l’approche de son équidé quelle que soit la discipline pratiquée!

L’approche comportementale devrait faire partie de l’éducation de tous les chevaux depuis le plus jeune âge, quelle que soit leur discipline, leur niveau de compétition et leur cadre de vie ainsi que des cavaliers.

La FFE a d’ailleurs commencé à intégrer certains preceptes de l’éducation comportementale dans l’apprentissage de l’équitation. De même, l’approche comportementale a récemment fait son entrée dans le milieu des chevaux de course.

Andy insiste sur la définition de l’éthologie qui est avant tout une science basée sur le comportement des animaux dans leur milieu naturel. Elle étudie également le comportement du cheval en rapport avec l’homme. Les conclusions de cette observation permettent à l’humain d’apprendre « à parler cheval », améliorant ainsi la communication entre le cavalier et sa monture.

Intégrer cette approche plus « psychologique » du cheval, ne peut avoir que des effets bénéfiques.

Quelques conseils: 

• Faites attention d’avoir toujours le contrôle des pieds de votre cheval à pied comme en selle. Avec cela, vous aurez plus de sécurité et plus de performance !

• Veillez à désensibiliser vos chevaux mais pas à vos aides. Nous recherchons dans l’éducation, un cheval sensible mais pas peureux.

• Posez vous toujours la question de savoir si vos aides sont assez claires pour le cheval et si il a bien compris les réponses qu’il devait donner à chaque aide.

Pour cela, apprendre à son cheval à trouver lui-même la réponse à l’exercice proposé est glorifiant pour lui comme pour son humain.

L’important étant que chaque couple cavalier/cheval trouve dans ces approches, non pas opposées mais complémentaires, la recette personnelle qui lui convient.

Andy Booth 

1 chemin de Rhodes 

33370 Pompignac 

05 56 92 27 16 

www.andybooth.fr 

infos@andybooth.fr

logo